Ascension du Marapi de Sumatra

Le Marapi (2891m, région de Bukittinggi, Sumatra Ouest) est une destination prisée des randonneurs si on en juge par le nombre assez important de récits sur internet. C’est aussi la montagne mythique du peuple Minangkabau dont la région en est le coeur.


Retrouvez mes images volcaniques de Sumatra ici: http://pascal-blonde.info/galeries/?dir=volcans/indonesie-sumatra


Rizières à Giring-giring.
Le Marapi vu de Giring-giring.

De la maison de ma belle-soeur, dans la campagne environnant Bukittinggi, le Marapi est parfaitement visible par beau temps. On ne résiste pas longtemps à l’envie d’y grimper même si actuellement on n’y repère aucun signe d’activité.


Montée entre racines et ravines.

La tour Jam Gadang de Bukittinggi (2007)

L’ascension débute au pied d’un pylône de transmission radio sur le flanc ouest du volcan, lieu que l’on rejoint par une petite route depuis le village de Kotabaru (route Bukittinggi – Padang). En moto, il est possible de poursuivre le chemin plus haut jusqu’à des cabanes d’agriculteurs et de raccourcir d’autant le trajet. Il faut alors compter 4 à 5 heures de marche pour atteindre le sommet. Nous mettrons beaucoup plus de temps, trainant volontairement car mon guide craint le froid nocturne qui règne là-haut.

La majorité du trajet de déroule dans la forêt. On enjambe de nombreuses racines et on se faufile dans les petites ravines de terre, c’est fatiguant mais facilité par le temps sec. Je n’ose pas imaginer la situation par temps pluvieux!


Topologie sommitale complexe.

Au sommet, dès les premières lueurs du jour, la topologie apparaît complexe, la caldeira « Bancah » de 1400 mètres de large abritant plusieurs cratères alignés principalement sur un axe ENE-OSO. L’activité récente se situe du côté ouest. Je remarque deux petits cratères aux bords abruts, genre « pit cratères ».

Lever de soleil …
…sur les cratères du Marapi


La configuration actuelle résulte de 6 phases consécutives d’activité (source VolcanoLive.com):

  • Formation du volcan « historique » avec éruptions à partir du cratère Bancah.
  • Migration du site éruptif.
  • Retour des éruptions sur le site primaire, accompagné d’emissions de lave et de coulées pyroclastiques.
  • Formation du cratère Tuo.
  • Formation du cratère Kebun Bungo.
  • Migration du point d’éruption et formation des cratères Bongsu et Verbeek.
Le principal cratère.
Topologie bien complexe…


Un volcan sous surveillance.

De nos jours le Marapi est le volcan le plus actif de Sumatra. Les éruptions (une cinquantaine recensées depuis la fin du 18e siècle) se limitent à la zone sommitale.

Vue dégagée vers le nord.

Les retombées de cendres peuvent être conséquentes: le 12 mars 2000 une explosion est entendue à 25km et les cendres retombent à 350km au nord du volcan. En 2002, 250 explosions sont enregistrées et le panache atteint 2000 mètres. La dernière éruption date de 2004 avec un panache de 1000m.

A retenir aussi qu’en 1979, les fortes pluies déclenchèrent des lahars et glissements de terrain sur 20 km sur les flancs nord et est. On compta alors 80 victimes et 5 villages endommagés.

Le Marapi est sous surveillance depuis octobre 2006 dans le cadre d’un projet conjoint entre l’Indonésie et l’Italie. 4 séïsmomètres large bande 3 composantes sont installés et contrôlés depuis un observatoire construit à Bukittinggi.

Je laisse mes empreintes dans la cendre mouillée.
Une fumée bien ridicule aujourd’hui!

Aujourd’hui, 23 septembre 2009, je suis bien loin de mes ascensions habituelles sur des volcans actifs. Seule une fumée peu imposante monte de temps à autre d’un des cratères principaux. J’ai beau faire le tour de la caldeira, il n’y a aucun autre signe d’activité. Ce n’est pas grave, car en tant que Minangkabau d’adoption je me devais de faire l’ascension! Je remarque la présence de deux petits lacs d’eau ou plutôt mares, dont je ne sais s’ils sont permanents ou non.


La météo est avec moi.

Que de pluie!

La chance est avec moi. Sumatra est très pluvieux; les premiers jours de mon arrivée, je n’ai même pas vu voir la base du Marapi depuis Giring-giring tant les nuages étaient bas. Passées les retrouvailles familliales de la fin du mois de Ramadan, le soleil se pointe et le Marapi s’offre enfin à moi. C’est parfait!

Le soleil revient!
Le soleil est là mais le sommet se cache encore…


Le Lac Singkarak au pied du Marapi.
Le Talang et le Kerinci dans le lointain.

Aujourd’hui le ciel est limpide et aucun nuage ne vient perturber la vue sur 360° depuis la pointe sommitale (nommée  » Merpati « : la colombe). Au sud, je reconnais les villes proches de Bukittinggi et Padang Panjang (à ne pas confondre avec la ville de Padang à 70km de là), le lac Singkarak et même des volcans plus lointains: le Talang à 70 km et le Kerinci à 170 km, deux volcans qui – je l’espère – seront à mon programme un jour prochain..

Dernier regard sur les Marapi et Singgalan.

Je quitte la région le samedi 25 septembre 2009 quelques jours donc avant le puissant séïsme qui a ébranlé la région le 30… Pas de nouvelles du volcan sur internet: il ne s’est pas réveillé à la suite des secousses.



Texte et photos: Pascal Blondé – Voyage effectué en Septembre 2009.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *