Juillet 2018: le Krakatau sort de sa torpeur!

Après un sommeil de plusieurs années, nettement trop long à notre goût, l’Anak Krakatau reprend du service en juin 2018. Me voilà donc en route avec Aventure et Volcans pour un ‘spécial éruption’ du 16 au 22 juillet. Ce n’est que mon 15ème séjour sur ce volcan!!!

[ Les photos de mes séjours au Krakatau sont ici…]

Les images les plus récentes sont à la fin.


Note: les images de cette page sont « clickables ».

Encore un séjour sur le Krakatau, mais toujours aussi intéressant. Mardi 17 juillet, installation à l’hôtel et délicieux dîner chez Mini avec au menu du poisson « kakap merah » et « kakap hitam », des crevettes, du crabe et des calamars. Le volcan n’a pas eu la mauvaise idée de se rendormir avant notre arrivée et la nuit est ponctuée des explosions pourtant distantes d’une cinquantaine de kilomètres. Les fenêtrent vibrent!

Mercredi matin, deux bateaux rapides nous mènent rapidement sur les lieux tant attendu. 

 



En milieu de journée l’éclairage n’est pas très bon, mais il vaut mieux « assurer » comme on dit. Les explosions sont vraiment violentes, nous ressentons les effets du souffle dans nos oreilles. Explosions modérées alternent avec celles très puissantes qui envoient les bombes directement dans la mer. Spectacle fantastique!


 

 

 

 


Lorsque la lumière se fait plus belle en fin d’après-midi, l’Anak Krakatau se montre dans ses plus beaux atours. L’incandescence apparait: les énormes blocs rejetés par la bouche sont rouges, pas la peine d’attendre l’obscurité.


 
 


 

 


Notre bateau est bien proche des côtes de l’île et les bombes ne retombent pas très loin. Il vaut mieux ne pas s’attarder. Dernières images à la tombée de la nuit en poussant la sensibilité de mon appareil photo, car sur un bateau les poses longues sont impossibles.

 

 

 


Débarquement sur l’île du Krakatau, et camping sur la plage comme d’habitude pourrait-on dire. La forêt occulte le sommet et nous cache donc les éruptions mais le vacarne fréquent ne trompe pas, explosions et retombées de blocs se succèdent. Dès la sortie de la forêt le sol est jonché de bombes volcaniques récentes. Attention danger! S’approcher c’est jouer avec le feu. Le spectacle est là, véritable feu d’artifices provenant de l’enfer.



Abri des rangers sur l’île de l’Anak Krakatau
Campement sur l’île de l’Anak Krakatau

 

 

Un changement de taille sur la plage: les rangers du parc (le Krakatau est un parc national de Sumatra) ont maintenant leur petite habitation pour contrôler les allers et venues sur l’île. Sur un tronc d’arbre un calendrier a été gravé; tel un bagnard le ranger de faction peut décompter les jours restants avant de rentrer chez lui et de retrouver sa famille.

 


 

Le matin du jeudi 19 juillet nous révèle une surprise: deux puis trois varans rôdent près du campement à la recherche de nourriture et même d’eau fraiche. Les repousser n’est pas le sport le plus simple et le moins dangereux.


Retour sur le bateau pour prolonger les observations. Le volcan est un peu moins actif que la veille mais c’est une grande déception qui nous attend: une forte brume de chaleur envahie rapidement la caldeira. A part ça l’ambiance volcanique est toujours là.

L’île de Rakata est un des restes du volcan historique du Krakatau. Son flanc abrute révèle l’ancienne cheminée du volcan. Une plage de sable noir ne fait pas de doute sur son origine volcanique. Les resacs ont déposé des chapelets de petits blocs de pierre ponce.

En milieu d’après-midi nous partons rejoindre l’île de Rakata à 5 km de là, espérant que la brume se lève avec la fin de la journée. Au programme: baignade en attendant la fin de la journée. Ce n’est pas courant de contempler des éruptions en maillot de bain!



Pascal Blondé à Rakata – Photos Jean-Jacques Soumille

Nos marins sont aussi de fins cuisiniers! Excellente soupe de légumes et même des brochettes de poulet en attendant la nuit.

 

 

 

 


La brume s’est levée. Chaque éruption projette son lot de bombes qui retombent et roulent violemment sur les flancs de l’Anak Krakatau. Ici le son est « fortement en retard sur l’image » du à la distance. Les images sont splendides si ce n’est la difficulté à cadrer et à faire la mise au point.

Retour à Carita le vendredi 20 juillet en milieu de journée. Le soir comme on s’en doute… on remet le couvert chez Mini et sa fille Badriah pour une nouvelle soirée poissons, crevettes, crabes et calamars.

Le lendemain, il faut penser à rentrer en France. Nous quittons la région sans oublier de faire un arrêt au poste de surveillance du Krakatau, situé sur une petite colline dans le village de Pasauran non loin de Carita. Les sismographes confirment les nombreuses éruptions de ces derniers jours, entre 200 et 300 séïsmes d’éruption enregistrés quotidiennement.




Texte et photos: Pascal Blondé – Voyage « Aventure et Volcans » effectué en Juillet 2018.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Juillet 2018: le Krakatau sort de sa torpeur!”